Accueil > Bibliographie > La Réunion > Dossier de presse : 1ère journée d’échanges MILDECA : « Addictions - La Réunion (...)

Bibliographie - La Réunion

Titre Dossier de presse : 1ère journée d’échanges MILDECA : « Addictions - La Réunion - Océan Indien ». Préfet de la région Réunion. 27 avril 2016
Codification
Auteur(s) Préfet de la région Réunion
Edition
Année 2016
Lieu d'édition
Thème Drogue,Drogue illicite,Drogue licite,Drogue sans substance,Législation / orientations politiques,Outre-mer,Prévention,Santé,Territoire / milieu,La Réunion,Mayotte
Lieu de consultation
Type de document Communiqué de presse / dossier de presse
Format En ligne
Lien web http://www.reunion.gouv.fr/1ere-journee-d-echanges-mildeca-addictions-la-a1531.html
Résumé
« Le plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017, porté par la MILDECA [1], fait le pari d’un effort orienté vers les populations qui, pour des raisons sanitaires ou sociales, sont les plus exposées aux risques et aux dommages associés aux consommations de substances psychoactives et auprès de tous en milieu scolaire, festif et professionnel.

La lutte contre la consommation excessive d’alcool, les drogues et les conduites addictives est une priorité qui repose sur des actions conçues et menées au plan interministériel et au niveau local dans le cadre d’un nécessaire et indispensable partenariat. Les nouveaux défis émergeant dans ce champ nécessitent une mobilisation accrue des différents acteurs de cette politique publique dans le domaine de la prévention, des soins et de la réduction des risques, du respect de la loi ou de la lutte contre le trafic.

La situation des addictions est profondément marquée à La Réunion par la consommation excessive d’alcool, les drogues et les conduites addictives qui sont très souvent des facteurs déclenchant, voire aggravant des violences en particulier intra-familiales, de l’insécurité routière ainsi que de certaines problématiques de santé publique (mortalité prématurée par cancers, syndrome d’alcoolisation foetal…).

Le contexte spécifique local se caractérise en effet par :

  • une forte prévalence de comportements à risque (violences intra-conjugales, violences routières) liés à l’abus d’alcool ;
  • une banalisation de l’usage du « zamal », particulièrement chez les jeunes ;
  • l’association fréquente de cette drogue avec des médicaments détournés de leur usage. [...]

[...] L’action locale de la MILDECA lance chaque année un appel à projets pour la mise en œuvre à La Réunion d’actions innovantes de prévention-information pour la lutte contre la consommation abusive d’alcool, les drogues et les conduites addictives avec ou sans produit, aux jeux de hasard et à internet.

Les objectifs principaux de ces actions sont :

  • prévenir et retarder les premières consommations excessives, surtout d’alcool, en informant les populations dès le plus jeune âge sur la réglementation et les risques sanitaires relatifs à la vente et à la consommation des drogues illicites et de produits licites (tabac, alcool, drogues, médicaments) ;
  • prévenir les consommations excessives d’alcool et les usages de produits illicites dans les milieux sensibles [...] ;
  • accompagner et soutenir les adultes et acteurs engagés dans la politique de prévention [...].
[...]

Afin de favoriser l’animation du réseau d’addictologie, il a ainsi été organisée, sous l’égide de M. Darroux, sous-préfet à la cohésion sociale et la jeunesse, chef de projet de la MILDECA pour La Réunion, la 1ère journée d’échanges MILDECA : « Addictions - La Réunion - Océan Indien », le mercredi 27 avril de 9h à 17h30 à l’espace Tamarun (la Saline- Saint-Paul), avec pour thème principal « la réduction des risques et la gestion des dommages associés aux consommations de substances psychoactives ».

Cette journée bénéficiait de l’intervention du professeur Auriacombe, chef du service d’addictologie et de psychiatrie du CHU de Bordeaux, présent dans l’île dans le cadre du diplôme universitaire d’addictologie mené par le docteur David Mété, chef du service addictologie du CHU de La Réunion.

Elle était également illustrée par des interventions de professionnels venant des Seychelles, de Maurice, de Mayotte et de La Réunion qui ont fait part de leurs pratiques et expériences.

Les sujets de la lutte contre les trafics de stupéfiants et la prévention contre les addictions impactent fortement La Réunion et incitent à aller au-delà et élargir la réflexion et le partage avec les autres îles de l’océan Indien. »

Source : Les services de l’Etat à La Réunion

Publié le 14 mai 2016